fondation jasmin roy

Procurez-vous les macarons de la Fondation Jasmin Roy! Pourquoi? Grâce à l’association entre le Au Pain Doré et la fondation, une partie des ventes aidera à la lutte contre l’intimidation chez les jeunes. Besoin d’être convaincu? Voici ma petite histoire personnelle sur le sujet.

Quand j’ai rencontré Jasmin Roy, lors du lancement médiatique de la campagne, plusieurs histoires de ma jeunesse ont fait surface. Quand on me dit qu’un ado sur trois est victime d’intimidation, je me suis demandé si je faisais partie des statistiques.

Évidemment, le degré de bullying a plusieurs intensités. Par contre, peu importe sa force, il aura un impact négatif sur les jeunes en question.

Pour ma part, je l’ai vécu au début du secondaire. Depuis que je suis petite, j’ai toujours adoré m’exprimer via mes vêtements. J’ai essayé plusieurs styles, plusieurs pièces colorées ou étranges, mais j’adorais ça. Lorsque je suis arrivée en secondaire un, j’ai décidé de porter un chemisier blanc avec des pantalons jambes évasées lignées. J’aimais tellement ce look (et avec raison) que je le portais toujours. 

J’étais capable de cacher ma timidité et mon caractère intro, grâce à mes vêtements. (C’est probablement le cas encore maintenant.) Évidemment, ça n’a pas pris de temps avant que les gars se mettent à rire de moi. J’avais l’air d’un clown et j’en faisais trop pour me faire remarquer. Les filles me disaient que j’étais trop sexy. Pourtant, j’avais simplement un chemisier bien coupé. Plus l’année avançait, plus les gens riaient de mes cheveux, de mes chaussures, de tous mes looks… Une chance que j’avais une grande soeur pour me défendre.

En secondaire deux, j’ai décidé de changer complètement ma garde-robe. Je n’ai porté que des vêtements larges et masculins. Je voulais disparaître sous mes vêtements et ne plus être une fille. Bye bye mon identité vestimentaire! Après quelques années, j’ai décidé de m’exprimer à nouveau, lorsque j’ai reconnecté avec mon imaginaire. J’ai aussi mis de côté le regard des autres. Ils n’ont aucune emprise sur moi. Disons que je dois me répéter cette phrase très souvent, même maintenant.

Mes soeurs et mes amis ont maintenant des enfants. Je suis fascinée de les voir grandir, mais je n’ai aucune tolérance pour l’intimidation. Que ce soit un petit commentaire comique ou un geste violent, c’est à nous, les adultes, de mettre un terme à ça. Il faut aider nos jeunes à trouver les bons outils pour s’exprimer sans avoir besoin d’agir ainsi. 

Si vous manquez d’outils pour agir, encouragez la Fondation Jasmin Roy qui aidera vos enfants. Ah! Et les macarons sont VRAIMENT bons. Vous n’avez plus aucune raison de ne pas les acheter.

Découvre la Fondation Jasmin Roy ici et Au Pain Doré ici.

Share: